Sunyata Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 FORUM TIBET 
La Chine veut aussi contrôler le pouvoir spirituel du dalaï-lama

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> DALAI LAMA
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sunyata


Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2009
Messages: 845

MessagePosté le: Jeu 29 Sep - 13:39 (2011)    Sujet du message: La Chine veut aussi contrôler le pouvoir spirituel du dalaï-lama Répondre en citant

http://www.la-croix.com/Religion/S-informer/Actualite/La-Chine-veut-aussi-controler-

La Chine veut aussi contrôler le pouvoir spirituel du dalaï-lama

Le dalaï-lama a déclaré samedi 24 septembre qu’il choisirait seul son successeur « à l’approche de ses 90 ans » .

Le gouvernement chinois a répliqué, dès lundi, en affirmant que « le titre de dalaï-lama est conféré par le gouvernement central et est illégal dans tout autre cas de figure ».


Selon la tradition tibétaine, comment se fait le choix du dalaï-lama ?

Devenu, depuis le XVIIe siècle, le principal dirigeant politique du gouvernement tibétain, le dalaï-lama est traditionnellement « reconnu », après la mort du précédent, par un comité de moines bouddhistes mandatés pour identifier la « réincarnation » de leur chef – ce que racontait le film de Bernardo Bertolucci Little Buddha (1993).

Le 14e dalaï-lama – Tenzin Gyatso a été reconnu comme tel à l’âge de 2 ans, en 1937 –, actuellement âgé de 76 ans, souhaite depuis 1990 démocratiser progressivement le régime : en mars, il a demandé au Parlement tibétain en exil un amendement constitutionnel lui permettant de se retirer politiquement. Ce qu’il a fait le 8 août : c’est désormais Lobsang Sangay, juriste de 43 ans, qui est le premier ministre du gouvernement tibétain en exil.

Samedi 24 septembre, rompant avec la tradition, le dalaï-lama a déclaré qu’il déciderait lui-même de sa « réincarnation » : « Lorsque j’approcherai de mes 90 ans, je consulterai les grands lamas des traditions bouddhiques tibétaines, les Tibétains et les autres adeptes du bouddhisme tibétain et procéderai à une réévaluation de l’institution du dalaï-lama pour savoir si elle doit ou non être pérennisée. Ma décision sera prise sur cette base. »

Pourquoi le gouvernement chinois veut-il choisir lui-même le futur dalaï-lama ?

Dès lundi, le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Hong Lei, a déclaré que « le titre de dalaï-lama était conféré par le gouvernement central chinois et est illégal dans tout autre cas de figure ». Une manière de rappeler qu’en Chine, c’est le Parti communiste qui nomme les responsables des religions tolérées.

Déjà en 1995, Pékin avait rejeté Gedhun Choekyi Nyima (1), la « réincarnation » choisie par le dalaï-lama pour être panchen-lama, second dans la hiérarchie du bouddhisme tibétain, et avait nommé à ce poste Gyaincain Norbu.

Aujourd’hui âgé de 21 ans, celui-ci ne manque pas de faire l’éloge de l’administration chinoise au Tibet. En choisissant le futur dalaï-lama, Pékin veut donc contrôler non seulement le pouvoir politique mais aussi le pouvoir spirituel du leader spirituel tibétain.

Quelles peuvent être les conséquences d’une telle décision ?

Depuis que les troupes maoïstes ont envahi (1949) puis annexé unilatéralement le Tibet à la République populaire de Chine (1951), Pékin n’a cessé de chercher à convaincre les moines tibétains de se détourner du dalaï-lama.

Depuis 1996, le Hualong (Bureau des affaires religieuses) a instauré des sessions obligatoires de « rééducation patriotique » dans tous les monastères ; des campagnes de persécution visent à isoler et à arrêter les moines contestataires, comme ce fut le cas au printemps 2008, après les manifestations tibétaines précédant les Jeux olympiques de Pékin.

Certains moines n’hésitent pas à se donner la mort : en mars puis en août, deux jeunes moines des monastères de Kirti et de Nyitso (dans la province du Sichuan, sud-ouest) se sont immolés. Et depuis lundi, après que deux moines de Kirti ont tenté de s’immoler par le feu, toute la zone est bouclée par la police.


(1) Arrêté par la police chinoise, Gedhun Choekyi Nyima n’a pas été revu depuis 1995.


CLAIRE LESEGRETAIN
_____
Dans la plupart des pays, les citoyens possèdent la liberté de parole. Mais dans une démocratie, ils possèdent encore la liberté après avoir parlé.
André Guillois

Sunyata
http://sunyat.free.fr


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 29 Sep - 13:39 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> DALAI LAMA Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB and iRn
Traduction par : phpBB-fr.com