Sunyata Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 FORUM TIBET 
N’oubliez-pas le Tibet

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> TRADUCTIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sunyata


Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2009
Messages: 841

MessagePosté le: Jeu 1 Mar - 15:20 (2012)    Sujet du message: N’oubliez-pas le Tibet Répondre en citant

N’oubliez-pas le Tibet

De Dick Dorworth – Idaho Mountain Express, 29 février 2012
Publié par Central Tibetan Administration

Commentaire

“Un moine tibétain, qui maintenant est un proche, est arrivé (à Dharamsala) au début des années 80 et m’a rejoint. Il avait passé plus de 18 ans dans un camp de travaux forcés chinois. Donc nous avions l’habitude de parler et il m’a dit qu’à quelques occasions, il avait été réellement confronté à un danger. Alors je lui ai demandé, « quel danger, quelle sorte de danger ? » - pensant qu’il me dirait celui de la torture chinoise et de la prison. Il a répondu, « de nombreuses fois, j’étais en danger de perdre ma compassion pour les chinois ». Le Dalaï Lama

Durant ces trois dernières années, plus de 20 tibétains se sont immolés en signe de protestation contre le manque de libertés, la privation des droits fondamentaux de l’homme et les politiques répressives et punitives qui leur étaient imposées par le gouvernement chinois. C’est à dire qu’ils se sont imbibés d‘essence et se sont incendiés pour protester contre la façon dont les chinois les traitent, pour attirer l’attention sur leur situation et pour encourager les autres nations du monde à persuader la Chine de changer ses politiques tyranniques qui ne sont rien de moins que le génocide culturel et physique du peuple tibétain.

La Chine n’a montré aucun signe indiquant que ces protestations l’amenait à envisager de changer ses politiques brutales et totalitaires à l’encontre du Tibet et des tibétains, et un éditorial du Global Times, un journal de Pékin lié au parti communiste chinois, indique que : « la région tibétaine de la Chine a été affectée par des influences politiques scandaleuses au nom de la religion . L’égoïsme et la cruauté du groupe du Dalaï sont soigneusement enrobés par l’occident et le fait est que, plus il survient d’immolations au Tibet, plus la vie du groupe du Dalaï est confortable ».

Une telle déclaration amène les tournoiements des relations politiques et publiques vers de nouvelles sphères de vitesse et, en vérité, d’obscurité, même aux yeux des observateurs blasés de la valse austère et abrutissante des tourbillons de l’élection présidentielle américaine en cours. Le Dalaï Lama a fui le Tibet il y a plus de 50 ans, pour sauver sa propre vie, 10 ans après que les chinois aient envahi sa nation souveraine. Un soulèvement national contre les chinois a précipité l’évasion du Dalaï Lama en Inde et plus de 100 000 tibétains ont fui leur patrie à ce moment là. Dans les deux décennies qui ont suivi, des centaines de milliers de tibétains sont morts au Tibet du fait des politiques chinoises. Tout occidental qui a visité le Tibet (ou, en la matière, la Chine), étudié l’histoire du Tibet et de la Chine, suivi le travail du Dalaï Lama pour son pays et ses compatriotes et qui lit que le gouvernement chinois insiste sur le fait que le « groupe (ou la clique) du Dalaï » devient plus confortable à chaque immolation d’un tibétain, peut aisément comprendre que même un moine bouddhiste puisse être en danger de perdre sa compassion pour les chinois.

C’est en vérité merveilleux, comme l’observe le Dalaï Lama, que la compassion puisse et doive avoir la priorité sur les différentes autres réponses possibles à la domination par la Chine de son voisin le Tibet. C’est une des nombreuses raisons évidentes pour lesquelles nous ne devrions pas oublier le Tibet. Et c’est peut-être la principale raison pour laquelle ceux qui pourraient vouloir oublier le Tibet n’y parviendront jamais. Bien que la Chine fasse toutes les tentatives possibles pour balayer le Tibet sous le rideau du secret, le Tibet ne va pas disparaître car, parmi d’autres raisons, ni le Tibet, ni les tibétains ne vont perdre leur compassion.

Et nous non plus.
Mercredi dernier (22 février), c’était le Losar, le nouvel an tibétain, célébré traditionnellement avec de la musique, des chants, des costumes brillants et de l’apparat. Cette année, c’était différent. Lobsang Sangay, le Premier Ministre tibétain en exil, avait demandé aux tibétains dans le monde entier d’éviter les célébrations, mais d’observer sombrement les rituels traditionnels et religieux « pour ceux qui se sont sacrifiés et ont souffert sous les politiques répressives du gouvernement chinois » et en raison du flot de « nouvelles sinistres » qui continue de s’écouler du Tibet. Au lieu de fêter le Losar, l’ensemble du gouvernement tibétain en exil ainsi que le Dalaï Lama ont jeûné. Lobsang Sangay a encouragé les tibétains à continuer de protester « de façon non violente et légale », spécialement le 10 mars, 53e anniversaire du premier soulèvement tibétain et de la fuite du Dalaï Lama.

« Une fois encore, nous pressons ardemment le gouvernement chinois de prendre en sérieuse considération nos demandes légitimes et les appels que nous avons lancés jusqu’à présent » a annoncé dans une déclaration le gouvernement du Tibet en exil.

Le monde entier sait que, bien que le gouvernement chinois ait envahi, conquis, dominé et brutalisé le Tibet et son peuple, la Chine ne les représente pas et ne les représentera jamais, ne parle pas et ne parlera jamais en leur nom ni ne les forcera à perdre leur compassion pour toutes les personnes, y compris les chinois.
Des membres officiels des gouvernements des Etats Unis, de l’Allemagne, de la Grande Bretagne, de l’Australie, du Canada et de l’Union Européenne se sont tous exprimés en protestant contre la répression des tibétains par la Chine. La Secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a déclaré, « nous avons très clairement montré nos sérieuses préoccupations à propos du rapport sur les droits de l’homme en Chine… Nous continuons à inviter la Chine à adopter une voie différente ».

Le constat concernant les droits de l’homme en Chine durant ces 60 dernières années est parmi les pires de l’histoire de l’humanité. Les Etats Unis et les autres nations mentionnées devraient, de mon point de vue, faire beaucoup plus que de montrer très clairement leurs préoccupations à propos du Tibet, et l’on espère qu’ils feront plus que d’en parler. En attendant, n’oubliez pas le Tibet. Un pays, un peuple, dont le leader reconnaît qu’il est merveilleux de ne pas perdre sa compassion envers ceux qui manquent de compassion a, en plus du droit de vivre en paix dans son propre pays, selon ses propres conditions, beaucoup à apprendre au monde.
N’oubliez pas le Tibet.

Traduction : Pema Dreulkar dreulkar.pema@gmail.com
Publié sur : http://sunyat.free.fr



http://tibet.net/2012/02/29/don%E2%80%99t-forget-tibet/

CENTRAL TIBETAN ADMINISTRATION

Don’t forget Tibet

By Dick Dorworth, www.mtexpress.com, 29 February 2012

COMMENTARY

“One Tibetan monk who is now close with me came (to Dharamsala) in the early ’80s [and] joined with me. He [had] spent more than 18 years in a Chinese prison labor camp. So we used to talk, and he told me [that] on a few occasions he really faced some danger. So I asked him, ‘What danger? What kind of danger?’—thinking he would tell me of Chinese torture and prison. “He replied, ‘Many times I was in danger of losing compassion for the Chinese.’ “That’s marvelous, isn’t it?” —The Dalai Lama

In the past three years, more than 20 Tibetans have self-immolated in protest of the lack of freedoms, the lack of basic human rights and the repressive, punitive policies imposed on them by the Chinese government. That is, they soaked themselves in gasoline and set themselves on fire to protest their treatment by the Chinese, to draw attention to their situation and to encourage the other nations of the world to persuade China to change its tyrannical policies that are nothing less than the cultural and actual genocide of Tibet.

China has shown no indication that these protests are causing it to consider changing its brutal, totalitarian policies and actions toward Tibet and Tibetans, and an editorial in The Global Times, a Beijing newspaper with ties to the Communist Party, reads: “China’s Tibetan region has been affected by outrageous political influences under the name of religion. The selfishness and ruthlessness of the Dalai group are carefully packaged by the West [and] the fact is the more self-immolations happen in Tibet, the more comfortable the life of the Dalai group becomes.”

Such a statement takes political/public relations spin to new realms of velocity and, in truth, darkness, even to jaded observers of the bleak, mind-numbing spin of the current American presidential campaign whirlpools. The Dalai Lama fled Tibet more than 50 years ago to save his own life 10 years after the Chinese invaded his sovereign nation. A national uprising against the Chinese precipitated the Dalai Lama’s escape to India, and more than 100,000 Tibetans fled their homeland at that time. In the two decades following, hundreds of thousands of Tibetans died in Tibet as a consequence of China’s policies. Any Westerner who has visited Tibet (or, for that matter, China), studied the history of Tibet and China, followed the work of the Dalai Lama on behalf of his country and countrymen, and who reads that the Chinese government insists that “the Dalai group” becomes more comfortable with each self-immolation of a fellow Tibetan can readily understand that even a Buddhist monk could be in danger of losing compassion for the Chinese.

It is, in truth, as the Dalai Lama observes, marvelous that compassion can and should take precedence over several other possible responses to China’s subjugation of its neighbor, Tibet. It is but one of many obvious reasons why we should not forget Tibet. And it may be the primary reason that those who might wish to forget Tibet will never be able to do so. Though China makes every attempt to sweep Tibet behind a curtain of secrecy, Tibet is not going to go away, because, among other reasons, neither Tibet nor Tibetans are going to lose compassion.

And neither should we.

Last Wednesday was Losar, the Tibetan New Year, traditionally celebrated with music, chanting, brilliant costumes and pageantry. This year was different. Lobsang Sangay, the Tibetan prime-minister-in-exile, asked Tibetans throughout the world to refrain from celebration but to somberly observe traditional and spiritual rituals “for all those who have sacrificed and suffered under the repressive policies of Chinese government” and because of the “grim news” that continues to stream out of Tibet. Instead of celebrating Losar, the entire Tibet government-in-exile, including the Dalai Lama, fasted. Sangay has encouraged Tibetans to continue to protest “nonviolently and legally,” especially on March 10, the 53rd anniversary of the first Tibetan uprising and the flight of the Dalai Lama.

“We once again fervently urge the Chinese government to give serious consideration to our legitimate demands and appeals we have made so far,” a Tibet government-in-exile statement said.

The world knows that while the Chinese government has invaded, conquered, subjugated and brutalized Tibet and its people, China does not and never will represent them, speak for them or force them to lose compassion for all people, including the Chinese.

Government officials from the United States, Germany, Britain, Australia, Canada, Poland and the European Union have all spoken out in protest of China’s repression of Tibetans. U.S. Secretary of State Hillary Clinton said, “We have made very clear our serious concerns about China’s record on human rights. …We continue to call on China to embrace a different path.”

China’s record on human rights in the past 60 years is among the worst in human history. The U.S. and the other nations mentioned should, in my view, do much more than make very clear their concerns about Tibet, and one hopes they will do more than talk about it. Meanwhile, do not forget Tibet. A country and people whose leader recognizes that it is marvelous to not lose compassion for those who lack compassion have, in addition to the right to live in peace in their own country on their own terms, much to teach the world.

Do not forget Tibet.
_____
Dans la plupart des pays, les citoyens possèdent la liberté de parole. Mais dans une démocratie, ils possèdent encore la liberté après avoir parlé.
André Guillois

Sunyata
http://sunyat.free.fr


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 1 Mar - 15:20 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> TRADUCTIONS Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB and iRn
Traduction par : phpBB-fr.com