Sunyata Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 FORUM TIBET 
TIBET, A LA MORT … A LA VIE

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> CLAUDE B. LEVENSON
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sunyata


Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2009
Messages: 845

MessagePosté le: Mar 13 Oct - 09:55 (2009)    Sujet du message: TIBET, A LA MORT … A LA VIE Répondre en citant

http://www.claudelevenson.net/lettres/Lettre09.05.08.pdf

« La situation aujourd’hui au Tibet est un cas de vie ou de mort. La politique chinoise
a pour but d’en finir avec l’identité et la culture tibétaines ». Des mots qui font écho à l’appel
lancé l’an dernier par des responsables chinois « à un combat à mort contre le séparatisme et
ses suppôts religieux ». Des mots qui sonnent comme une mise en garde, qui résonnent dans
la tête en étreignant le coeur : le Dalaï-Lama les a prononcés le 4 mai 2009, lors d’une
rencontre publique à New York. Il a aussi encouragé l’auditoire à aller voir ce qui se passe sur
place, à regarder de près au-delà de la belle vitrine pittoresque et de témoigner, de dire si les
Tibétains sont heureux comme l’affirme sans relâche le gouvernement de Pékin qui a dépêché
des envoyés à travers le monde dans le cadre d’une offensive de propagande de grande
envergure. L’effort va même jusqu’à avoir autorisé la réouverture du tourisme à grand renfort
de publicité, les premiers groupes de voyageurs bien encadrés sont de retour devant le Potala,
mais chercheurs, experts, pèlerins et Tibétains de souche munis de passeports étrangers, sans
oublier les journalistes, se voient refuser systématiquement visas et permis d’entrer en
territoire tibétain.

Et pendant ce temps, l’agence de presse officielle énumère complaisamment les
expositions organisées par le pouvoir relatant le Tibet version chinoise qui s’ouvrent à Hong
Kong, Montréal, Mexico ou ailleurs. De leur côté, les diplomates chinois s’affairent à mettre
en garde contre toute velléité de responsables politiques de s’entretenir avec le Dalaï-Lama
s’il est de passage dans leurs parages. Des parlementaires danois et hollandais ont d’ores et
déjà fait savoir clairement qu’ils n’entendaient pas se laisser dicter leur conduite par Pékin,
qui n’en multiplie pas moins avertissements, mises en garde et menaces de représailles à tous
les vents. Comme si la Cité interdite régissait le monde. Sans la moindre gêne, les services
officiels chinois n’ont pas hésité à demander au président américain de ne pas rencontrer le
leader spirituel et temporel du Tibet lors d’un voyage envisagé l’automne prochain. En
attendant, c’est la mairie de Paris, soupçonnée de songer à remettre la citoyenneté d’honneur
de la ville au Dalaï-Lama, conformément à une résolution de 2008, lors de sa prochaine visite
en juin, qui est la cible du courroux officiel chinois. Si cela n’est pas de l’ingérence dans les
affaires d’autrui, c’est que les mots perdent décidément leur sens.

Une année après le mouvement de protestations qui a embrassé l’ensemble du
territoire historique tibétain enserré dans les frontières chinoises, les premières condamnations
à mort sont officiellement tombées et les procès continuent, le plus souvent à huis clos et sans
même que l’on sache avec exactitude où ni dans quelles conditions. Les verdicts sont
annoncés à la sauvette, et de maigres informations circulent grâce aux familles directement
concernées. Certes, de rares cas comme celui de Lama Jigmé (de Labrang) ou la libération de
Golok Jigmé, responsable avec Dhondup Wangchen du film Leaving fear behind, sont à
relever, même si le sort du second reste inconnu. Sans pour autant se bercer d’illusions, peutêtre
peut-on lire en filigrane dans ces gestes apparents de « clémence » une conséquence
inavouée de campagnes menées en faveur des ‘accusés’, comme ce fut le cas naguère lorsque
l’opinion se mobilisait en faveur de dissidents soviétiques ou chinois. Il n’empêche que ceux
qui ont été élargis peinent à raconter les tortures, les interrogatoires et les mauvais traitements
infligés en guise de routine en détention.

Des protestations sporadiques se poursuivent néanmoins – comme ces élèves et
étudiants qui ont manifesté en avril à Labrang pour protester contre la diabolisation du Dalaï-
Lama, réclamer le droit de s’exprimer et dénoncer brimades et vexations auxquelles ils sont
soumis. De quoi se faire quelque souci quant à leur avenir… La terre tibétaine elle aussi
souffre à sa manière : des spécialistes chinois commencent à s’inquiéter d’une hausse
préoccupante de la température sur les hauts plateaux tibétains, ce qui laisse mal augurer du
sort des grands projets chinois, notamment de la voie ferrée tant vantée. Selon le Quotidien du
peuple en ligne, « Le Tibet est sérieusement touché par le réchauffement de la planète ». Ah
bon ? Que ne disent-ils pas que depuis plusieurs années déjà, d’autres experts ont montré,
preuves à l’appui, que ce sont « les activités humaines incontrôlées » qui menacent le fragile
équilibre environnemental au Tibet. Et ce n’est certainement pas la sédentarisation forcée et
accélérée des nomades tibétains, avec le cortège de conséquences socio-économiques
désastreuses induites par ces mesures coercitives, qui va arranger les choses.

Non loin de là, des parents d’enfants chinois morts sous les décombres de leurs écoles
effondrées lors du tremblement de terre de l’an passé au Séchouan sont harcelés et menacés
par les autorités pour les réduire au silence. Pourtant, plus la répression s’accroît, plus le
mécontentement s’en nourrit : une logique qui semble échapper au pouvoir. L’approche de la
date du 4 juin – vingt ans après l’entrée des chars contre les étudiants sur la grand-place au
coeur de Pékin – rend visiblement les dirigeants chinois sinon inquiets, du moins nerveux.
Pour se prémunir de toute surprise devant ce malaise latent, ils veulent assurer à tout prix la
tranquillité, ou plutôt, selon la formule du président chinois, « la stabilité et l’harmonie ».
Comme s’il suffisait de déployer armée et forces policières, paramilitaires ou autres dès que la
moindre tentative de critique ou de protestation pointe pour garantir cet ordre très particulier
cher aux dictatures.

Tel n’est visiblement pas l’avis de la justice espagnole qui, en vertu du principe de
juridiction universelle dont elle se réclame, vient d’entendre divers témoignages étayant le
dossier ouvert à l’encontre de plusieurs hauts dirigeants chinois tenus pour responsables de la
répression massive des protestations tibétaines du printemps 2008. Des commissions
rogatoires ont même été envoyées pour recueillir les réponses des principaux personnages mis
en cause, ce qui apparemment n’a pas été du goût des autorités chinoises : la presse officielle
aurait fait savoir que si le juge espagnol venait d’aventure en Chine, il serait emprisonné illico
pour calomnies et diffamation. Ce qui est, à n’en pas douter, une belle preuve d’indépendance
de la justice chinoise…

Le pouvoir chinois a beau vouloir se présenter au reste du monde en gouvernement
conscient de ses responsabilités et du rôle qu’il s’applique à jouer sur la scène internationale,
sa puissance économique et militaire ne suffit pas à emporter le respect qu’il exige des autres.
Tout au plus, d’aucuns reculent et font le dos rond en vertu d’une prudence aussi mal placée
que peu honorable. L’usage de la force – contre son propre peuple d’abord, ses voisins
ensuite, n’y suffit pas davantage. Au sujet des libertés fondamentales et des droits de l’homme
comme du Tibet, ce n’est pas en ignorant ou en détruisant le passé qu’on peut façonner
l’avenir. Et par l’un de ces retournements inattendus dont l’histoire a le secret, peut-être
aujourd’hui plus que jamais, le sort de la Chine dépend de la sagesse dont ses dirigeants
sauront faire preuve à propos du Tibet.
C.B.L.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 13 Oct - 09:55 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> CLAUDE B. LEVENSON Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB and iRn
Traduction par : phpBB-fr.com