Sunyata Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 FORUM TIBET 
Pourquoi le Tibet Brûle

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> TRADUCTIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sunyata


Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2009
Messages: 841

MessagePosté le: Mer 11 Avr - 09:28 (2012)    Sujet du message: Pourquoi le Tibet Brûle Répondre en citant

Pourquoi le Tibet Brûle

Maura Moynihan – DECCAN CHRONICLE – 9 avril 2012
Lorsque le Président Chinois Hu Jintao a atterri récemment à New Delhi pour le Sommet du BRICS, il a accosté sur un terrain peu familier : une démocratie avec une presse libre, où un réfugié Tibétain de 27 ans, Jampa Yeshi, s’est dirigé vers une manifestation publique, a versé du kérosène sur son corps et s'est immolé par le feu tout en criant pour réclamer la fin des atrocités Chinoises au Tibet. Les images déchirantes venant d'Inde, du corps de Jampa Yeshi en train de bruler ont exposé au monde le coût du régime de terreur de la Chine au Tibet, qui a été bien caché pendant 61 ans.

Je reviens juste d'interviewer des réfugiés tibétains en Inde, une mission qui a débuté quand j'ai commencé à vivre en Inde dans le début des années 1970, et je peux attester que, après 53 ans d'exil, les Tibétains sont de plus en plus frustrés et désespérés. À ce jour, 32 personnes à l'intérieur du Tibet se sont immolées par le feu en public, en défit aux agressions des communistes Chinois sur leur foi bouddhiste, mais il n'ya pas de journalistes ni de diplomates pour rendre témoignage de ce carnage, seule une vidéo brute parvient sur l’Internet.

Mais il ya une autre source puissante à cette explosion d’indignation tibétaine qui reçoit une couverture internationale négligeable, l'histoire secrète du viol et du pillage par la Chine des terres et des eaux ancestrales du Tibet.

Les faits élémentaires concernant le Tibet ne sont pas largement connus, pourtant n'importe quelle carte du Plateau Tibétain révèle l'énorme ressource et avantage stratégique obtenus par sa conquête. Le Tibet est une entité géomorphologique unique, ses 46 000 glaciers constituent la troisième plus grande masse de glace de la Terre. Ce "Troisième Pôle" est un composant essentiel de l'écosystème de la planète, rempli des richesses originelles de la faune et de la flore sauvages, de minéraux, de bois et par-dessus tout d’eau; le Tibet est la source du Yangtsé, du Fleuve Jaune, de l'Indus, du Gange, du Brahmapoutre, de la Chenab, du Sutlej, de la Salouen et du Mékong, qui coulent à travers 11 pays, nourrissant trois milliards de personnes de Peshawar à Pékin.

Aujourd'hui, tous les grands fleuves d'Asie sauf un - le Gange - sont contrôlés à leurs sources au Tibet par le Parti Communiste Chinois. En 2000, la Chine a lancé un vaste projet de développement intitulé «Xi bu dai fa », « l'ouverture et le développement des régions de l'Ouest" » du Xinjiang et du Tibet, qui constituent ensemble la moitié de superficie de la Chine.

Un afflux massif de colons chinois, l'urbanisation et le transfert forcé des nomades ont rapidement suivi. Le chemin de fer du Xizang, qui a ouvert en 2006, transporte les vastes réserves de minéraux, de pierres et de bois de charpente vers la Chine continentale et amène un flot d'ingénieurs chinois et d’ouvriers qui ont construit au moins 160 barrages hydroélectriques à travers le Tibet et ont des plans pour des centaines d'autres.

Les ingénieurs chinois exploitent maintenant de multiples barrages et mines à travers le Tibet, polluant les rivières à leur source - vous pouvez voir tout ceci sur Google Earth. Le gouvernement Chinois rejette les inquiétudes de ses propres scientifiques et celles des états voisins, alarmés par un déclin soudain du niveau des eaux et de la pêche. Dans les années 1990, la Chine a refusé de signer le traité de L'ONU sur les rivières transfrontalières, a augmenté la militarisation du Plateau tibétain et a refusé l'accès des journalistes et des observateurs internationaux à la région en troubles. L’auteur Michael Buckley qui a capturé des images rares de la construction d’un barrage dans son film « Meltdown in Tibet » (Débâcle au Tibet) observe; "la Chine n’a pas à écouter qui que ce soit à ce sujet. La Chine a le Tibet, donc la Chine a toutes les cartes."

Lorsqu’ils ont récemment été interrogés sur la crise au Tibet, les médias officiels chinois ont déclaré: « Le dalaï-lama nous rappelle les nazis incontrôlés et cruels au cours de la Seconde Guerre mondiale ... Comme c’est similaire à l'Holocauste commis par Hitler sur les Juifs!». Cette diabolisation obsessionnelle du Dalaï-Lama, le distingué lauréat du Prix Nobel, foule au pied toute discussion rationnelle sur l'exploitation par la Chine des ressources du Tibet, et détourne l'attention sur la façon dont les mines et les barrages Chinois ont créé une catastrophe environnementale sur le continent le plus peuplé du monde.

Depuis que le président Mao a envahi le Tibet en 1951, la Chine a également administré une vaste infrastructure militaire à travers le plateau tibétain, qui donne à la Chine une frontière continue avec la Thaïlande, la Birmanie, le Bhoutan, l'Inde, le Népal et le Pakistan, et qui est maintenant rempli de terrains d'aviation militaires et de bataillons PLA (Armée de Libération Populaire). Dans l'ère qui paraît imminente de « la guerre de l'eau », la Chine a une main ferme sur le château d'eau de l'Asie.

La Chine insiste sur le fait que le Tibet est « une affaire intérieure de l'Etat » et pendant des décennies le monde s’est détourné dans un silence inconfortable alors que le massacre d'une population civile sans défense se poursuit sans entrave et sans sanction. Le Parti communiste chinois a depuis 61 ans contrôlé le récit, mais ignorer le Tibet revient à mal interpréter la façon dont l'occupation Chinoise intensifie l'instabilité environnementale, économique et militaire en Asie et dans le monde.

Tsetan, un journaliste tibétain basé à Delhi, déclare: «Pendant des années, nous avons protesté contre la profanation de notre culture, l’endiguement de nos rivières et l'exploitation de nos montagnes sacrées, mais la Chine ne veut pas écouter: ils nous tirent dessus, nous torturent, et il n'y a personne pour les arrêter. Maintenant, les gens à l'intérieur du Tibet sont poussés à brûler leurs corps pour que le monde comprenne ce que la Chine fait au Tibet, et le monde ferait mieux de se réveiller avant qu'il ne soit trop tard. "

L'auteur est un écrivain et expert du Tibet qui a travaillé avec les réfugiés tibétains en Inde depuis de nombreuses années.

Traduction Pema Dreulkar – dreulkar.pema@gmail.com
Publié sur : http://sunyat.free.fr

http://www.deccanchronicle.com/editorial/op-ed/why-tibet-burns-817

Why Tibet burns
DECCAN CHRONICLE- MARCH 11 2012-04-12

When Chinese Premier Hu Jintao flew into New Delhi for the Brics Summit recently, he careened onto unfamiliar terrain: a democracy with a free press, where a 27-year-old Tibetan refugee, Jampa Yeshi, walked to a public protest, poured kerosene over his body and set himself on fire whilst shouting for an end to Chinese atrocities in Tibet. The searing images from India of Jampa Yeshi’s burning body exposed to the world the cost of China’s reign of terror in Tibet, which has been well concealed for 61 years.

I have just returned from interviewing Tibetan refugees in India, a mission that began when I first lived in India in the early 1970s, and I can attest that after 53 years in exile, Tibetans are increasingly frustrated and desperate. To date, 32 people inside Tibet have set themselves alight in public, in defiance of Chinese Communist assaults on their Buddhist faith, but there are no journalists or diplomats to bear witness to the carnage, only raw video that reaches the Internet.

But there is another potent source of this explosion of Tibetan outrage which receives negligible international coverage; the covert history of China’s rape and pillage of Tibet’s ancestral lands and waters.

The elemental facts about Tibet are not widely known, yet any map of the Tibetan Plateau reveals the enormous resource and strategic advantage gained by its capture. Tibet is a unique geomorphic entity, its 46,000 glaciers comprise the Earth’s third largest ice mass. This “Third Pole” is a vital component of the planet’s ecosystem, filled with pristine riches of wildlife, minerals, timber and above all, water; Tibet is the fount of the Yangtze, Yellow, Indus, the Ganges, Brahmaputra, Chenab, Sutlej, Salween and Mekong, which flow through 11 nations, nourishing three billion people from Peshawar to Beijing.

Today, all but one of Asia’s great rivers — the Ganges — are controlled at their Tibetan headwaters by the Chinese Communist Party. In 2000, China launched a vast development project entitled “Xi bu dai fa”, the “Opening and development of the Western Regions” of Xinjiang and the Tibet, which together comprise a half of China’s land mass.

A massive influx of Chinese settlers, urbanisation and forced relocation of nomads swiftly followed. The Xizang railway, which opened in 2006, transports Tibet’s vast supplies of minerals, stone and lumber to the mainland and brings in a flood of Chinese engineers and labourers who have built at least 160 hydro dams across Tibet and have plans for hundreds more.

Chinese engineers now operate multiple dams and mines all across Tibet, polluting the rivers at their source — you can see all of this on Google Earth. The Chinese government dismisses concerns of its own scientists and those of neighbouring states, alarmed by a sudden decline in water levels and fisheries. In the 1990’s China refused to sign the UN treaty on transboundary rivers, increased militarisation of the Tibetan Plateau and denies journalists and international observers access to the troubled region. Author Michael Buckley who captured rare footage of dam construction in his film Meltdown in Tibet observers; “China doesn’t have to listen to anyone on this. China has Tibet, so China has all the cards.”

When recently asked about the crisis in Tibet, the Chinese official media stated: “The Dalai Lama reminds us of the uncontrolled and cruel Nazi during the Second World War... How similar it is to the Holocaust committed by Hitler on the Jewish!” This obsessive demonisation of the Dalai Lama, the distinguished Nobel Peace Prize laureate, squelches any and all rational discussion of China’s exploitation of Tibet’s resources, and diverts attention away from how Chinese mines and dams have created an environmental catastrophe on the world’s most populous continent.

Since Chairman Mao invaded Tibet in 1951, China has also administered a vast military infrastructure across the Tibetan Plateau, which gives China a continuous border with Thailand, Burma, Bhutan, India, Nepal and Pakistan, and is now filled with military airfields and PLA battalions. In the looming age of “water wars”, China has a firm hand on the water tower of Asia.

China’s insists that Tibet is “an internal affair of the state” and for decades the world turned away in uncomfortable silence as the slaughter of a helpless civilian populace continues without impediment or penalty. The Chinese Communist Party has for 61 years controlled the narrative, but to ignore Tibet is to misread how the Chinese occupation intensifies environmental, economic and military instability in Asia and the world.

Tsetan, a Tibetan journalist based in Delhi, says, “For years we have protested the desecration of our culture, the yoking of our rivers and the mining of our sacred mountains, but China will not listen: they shoot us, torture us, and there is no one to stop them. Now people inside Tibet are driven to burning their bodies to get the world to understand what China is doing to Tibet, and the world had better wake up before it’s too late.”

The writer is an author and Tibet expert who has worked with Tibetan refugees in India for many years
_____
Dans la plupart des pays, les citoyens possèdent la liberté de parole. Mais dans une démocratie, ils possèdent encore la liberté après avoir parlé.
André Guillois

Sunyata
http://sunyat.free.fr


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 11 Avr - 09:28 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> TRADUCTIONS Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB and iRn
Traduction par : phpBB-fr.com