Sunyata Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 FORUM TIBET 
Alors que les immolations de Tibétains augmentent, la Chine saisit les résidents, les Télés, continue l'offensive de propagande.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> TRADUCTIONS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sunyata


Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2009
Messages: 841

MessagePosté le: Jeu 24 Jan - 16:37 (2013)    Sujet du message: Alors que les immolations de Tibétains augmentent, la Chine saisit les résidents, les Télés, continue l'offensive de propagande. Répondre en citant

Traduction Pema Dreulkar – dreulkar.pema@gmail.com
pour http://sunyat.free.fr

PÉKIN - les autorités chinoises répondent à l’intensification de la vague de protestations par auto-immolations des Tibétains contre le régime Chinois en resserrant encore plus l’étau - criminalisation des suicides, arrestation des amis des manifestants et même confiscation de milliers d’antennes de télévision paraboliques.

Ces mesures sévères apportent une première indication sur le fait que la nouvelle direction du pays ne s’assouplit pas vis à vis du Tibet, malgré les protestations par immolation et la condamnation internationale.

Pendant des mois, alors que des Tibétains à travers l'Ouest de la Chine s’aspergeaient d'essence et se mettaient le feu, les autorités ont réagi en envoyant des forces de sécurité pour isoler les zones et empêcher les informations de sortir, mais ces efforts n'ont pas arrêté ou ralenti les protestations. Les immolations se sont même intensifiées en novembre alors que le Parti Communiste Chinois au pouvoir organisait une transition cruciale de direction.

Ensuite le gouvernement est passé à l'offensive en décembre, en annonçant par un journal appartenant à l'Etat que les immolations sont l'œuvre de forces étrangères hostiles tenant à séparer le Tibet de la Chine continentale et que ceux qui aident les autres à s’immoler sont susceptibles d'être poursuivis pour meurtre . Des arrestations ont rapidement suivi.

«Le Tibet entre dans les nouvelles du soir du monde entier en raison des auto-immolations et donc il ya ce désir de le mettre sous contrôle » a déclaré Michael Davis, un professeur de droit et expert du Tibet à l’Université de Hong Kong. Davis a indiqué qu’il s’attendait à ce que le gouvernement continue à adopter une approche répressive et conservatrice. «La nouvelle direction sera particulièrement soucieuse de ne pas voir un de ces problèmes lui exploser au visage.»

Près de 100 moines, nonnes et laïcs Tibétains se sont incendiés depuis 2009, réclamant à Pékin de permettre une plus grande liberté religieuse ainsi que le retour d'exil du chef spirituel Tibétain, le Dalaï Lama.

«Je pense que les auto-immolations et tout ceci suggèrent qu’ils (les Chinois) ne sont pas entrain de gagner les cœurs et les esprits des Tibétains et en fait plus ils sont répressifs et plus ils rencontrent de résistance, c'est donc une sorte de cercle vicieux», a déclaré M. Davis .

Cette semaine, la police de la province du Gansu dans l'ouest de la Chine a annoncé l'arrestation de sept personnes accusées d’avoir aidé un villageois Tibétain à s’immoler en octobre et elle a déclaré que les investigations ont montré que deux des hommes étaient des membres du Congrès de la Jeunesse Tibétaine basé à l’étranger qui, selon elle, avait «orchestré » la manifestation.

Tenzin Norsang, secrétaire adjoint de la Ligue de la Jeunesse Tibétaine basée en Inde à Dharamsala, a déclaré par téléphone que les autorités chinoises faisaient des «accusations sans fondement» au sujet de son groupe et que les deux personnes nommées dans le rapport de Xinhua n'étaient pas des membres.

Ce n'était que le dernier exemple des mesures plus dures qui sont employées dans un effort pour endiguer les troubles. Le mois dernier, les autorités de la province du Qinghai ont annoncé qu'elles avaient arrêté des suspects «majeurs» prétendument impliqués dans cinq immolations, tandis que la police d'un comté de la province du Sichuan a déclaré qu’un moine et son neveu étaient détenus pour des raisons similaires.

Les administrations locales tentent également de faire un grand ménage dans le secteur de l’information qu'elles jugent hostile.

Les autorités du Qinghai ont déclaré lundi qu'elles avaient effectué un ratissage dans les foyers du conté agité de Tongren et avaient saisi et détruit plus de 1.800 antennes paraboliques illégales. Les journaux locaux ont publié des commentaires condamnant le Dalaï Lama et dénonçant ce qu'ils décrivent comme le «massacre de la vie.» La télévision d’état CCTV a diffusé des documentaires sur le même thème ainsi qu’une série dramatique historique sur la vie d'un serf tibétain-devenu-un patriote-chinois.

Plus tôt ce mois-ci, le haut dirigeant chinois Yu Zhengsheng a visité une préfecture dans le Sichuan qui est au centre des immolations, exhortant le clergé bouddhiste à faire preuve de patriotisme et à dénoncer le dalaï-lama. Yu est désigné pour prendre la tête de l'organisme consultatif parlementaire supérieur du pays, un rôle qui le met en charge de la question des minorités.

Bien que Yu soit considéré comme un libéral sur les questions économiques, il n'a pas eu d’expérience antérieure en rapport avec le Tibet et n'est pas incité à changer les politiques du gouvernement au Tibet, qui est une région d'une importance stratégique car elle borde l'Inde, a déclaré Willy Lam, un expert en politique de la Chine à l'Université Chinoise de Hong Kong. Lam a indiqué que les dirigeants Chinois s’attendaient à ce que la cause Tibétaine se dissipe une fois que le Dalaï Lama âgé serait mort.

« Il n'ya aucune justification pour la direction du parti de passer à une politique plus libérale», a déclaré Lam. «Je pense que les Chinois croient que le temps est de leur côté ... après la mort du Dalaï Lama, il n'y aura pas de leader spirituel aussi puissant sollicitant le soutien international.»

Wang Lixiong, un érudit et un militant pour les droits des minorités, a déclaré que c’était encore le début pour les nouveaux dirigeants, qui habituellement ne font pas de changements politiques considérables en période de transition. Wang a ajouté qu'il s'attendait à ce que tout changement politique qu'ils pourraient adopter soit mineur, et que les demandes des Tibétains pour une plus grande autonomie ne soient pas satisfaites - conduisant à une frustration toujours plus grande.

«Il y a aussi la possibilité que les nouveaux leaders augmentent la répression» a déclaré Wang. «Le style de gouvernance actuel de la Chine est d’utiliser tous les moyens possibles pour bloquer toute voie d’expression d’opinions différentes, pour qu'il apparaisse à la surface que tout est paisible et tranquille dans cette société ... mais cette harmonie est entièrement fausse.»

«C'est comme une chaudière assise sur une feu avec ses conduits bloqués. La pression à l'intérieur est en constante augmentation, la fin ultime sera explosive» a déclaré Wang.


http://www.startribune.com/world/187417061.html?refer=y

As Tibetan burnings increase, China seizes residents, TVs, goes on propaganda offensive

BEIJING - Chinese authorities are responding to an intensified wave of Tibetan self-immolation protests against Chinese rule by clamping down even harder — criminalizing the suicides, arresting protesters' friends and even confiscating thousands of satellite TV dishes.

The harsh measures provide an early indication that the country's new leadership is not easing up on Tibet despite the burning protests and international condemnation.

For months, as Tibetans across western China doused themselves in gasoline and set themselves alight, authorities responded by sending in security forces to seal off areas and prevent information from getting out, but those efforts did not stop or slow the protests. The self-immolations even accelerated in November as China's ruling Communist Party held a pivotal leadership transition.

Then the government went on the offensive in December, announcing through a state-owned newspaper that the burnings are the work of foreign hostile forces keen on separating Tibet from the mainland and that those who help others self-immolate are liable to be prosecuted for murder. Arrests quickly followed.

"Tibet is getting into the global evening news because of self-immolations and so there's this anxiety to bring it under control," said Michael Davis, a law professor and Tibet expert at the University of Hong Kong. Davis said he expected the government to continue to take a repressive and conservative approach. "The new leadership will be particularly anxious not to have any of these problems blow up in their face."

Nearly 100 Tibetan monks, nuns and lay people have set themselves on fire since 2009, calling for Beijing to allow greater religious freedom and the return from exile of the Tibetan spiritual leader, the Dalai Lama.

"I think self-immolations and all of this suggest that they are not winning the hearts and minds of the Tibetan people and in fact the more repressive they are, the more resistance they encounter, so it's a kind of vicious circle," Davis said.

This week, police in Gansu province of western China announced the arrests of seven people accused of helping a Tibetan villager self-immolate in October and said investigations showed that two of the men were members of the overseas-based Tibetan Youth Congress, which they said had "masterminded" the protest.

Tenzin Norsang, joint secretary of the Dharmsala, India,-based Tibetan Youth League, said by phone that Chinese authorities were making "baseless accusations" about his group and that the two people named in Xinhua's report were not members.

It was only the latest example of harsher measures being used in an effort to stem the unrest. Last month, authorities in Qinghai province announced they had detained "major" suspects allegedly involved in five self-immolations, while police in a county in Sichuan province said a monk and his nephew were being held for similar reasons.

Local governments are also trying to scrub the area of information they deem hostile.
Qinghai authorities said on Monday they had conducted a sweep of households in restive Tongren county and seized and destroyed more than 1,800 illegal satellite TV dishes. Local newspapers have run commentaries condemning the Dalai Lama and decrying what they describe as the "slaughter of life." State broadcaster CCTV has aired documentaries of the same theme and a historic drama series about the life of a Tibetan serf-turned-Chinese patriot.

Earlier this month, senior Chinese leader Yu Zhengsheng visited a prefecture in Sichuan at the center of the self-immolations, urging Buddhist clergy to be patriotic and denouncing the Dalai Lama. Yu is slated to take over as head of the country's top parliamentary advisory body, a role that puts him in charge of minority issues.

Though Yu is considered a liberal on economic matters, he has not had any previous experience dealing with Tibet and has no incentive to change the government's policies in Tibet, which is a region of strategic importance because it borders India, said Willy Lam, a China politics expert at the Chinese University of Hong Kong. Lam said that Chinese leaders expected the Tibetan cause to dissipate once the elderly Dalai Lama dies.

"There is no rationale for the party leadership to shift to a more liberal policy," Lam said. "I think the Chinese believe that time is on their side ... after the death of the Dalai Lama, there won't be such a powerful spiritual leader soliciting international support."

Wang Lixiong, a scholar and an activist for minority rights, said that it was still early days for the new leaders, who customarily do not make dramatic policy changes while in a transition period. Wang added that he expected that any policy shifts they might enact would be minor, and that Tibetan demands for greater autonomy would not be met — leading to ever greater frustration.

"There is also the possibility that the new leaders will increase repression," Wang said. "China's current governance style is to use any way possible to block any channel for expressing different views, so that it appears on the surface that everything is peaceful and tranquil in this society ... but this harmony is entirely false."

"It's like a boiler sitting on a fire with its vents blocked. The pressure inside is increasing constantly, the ultimate ending will be explosive," Wang said
_____
Dans la plupart des pays, les citoyens possèdent la liberté de parole. Mais dans une démocratie, ils possèdent encore la liberté après avoir parlé.
André Guillois

Sunyata
http://sunyat.free.fr


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 24 Jan - 16:37 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> TRADUCTIONS Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB and iRn
Traduction par : phpBB-fr.com