Sunyata Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 FORUM TIBET 
Déclaration du Sikyong à l’occasion propice du soixante-dix-huitième anniversaire de Sa Sainteté le Grand Quatorzième Dalaï-lama du Tibet

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> BUREAU DU TIBET
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sunyata


Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2009
Messages: 845

MessagePosté le: Sam 6 Juil - 09:30 (2013)    Sujet du message: Déclaration du Sikyong à l’occasion propice du soixante-dix-huitième anniversaire de Sa Sainteté le Grand Quatorzième Dalaï-lama du Tibet Répondre en citant

Déclaration du Sikyong à l’occasion propice du soixante-dix-huitième anniversaire de Sa Sainteté le Grand Quatorzième Dalaï-lama du Tibet

En cette belle occasion du soixante-dix-huitième anniversaire de Sa Sainteté le Grand Quatorzième Dalaï-lama du Tibet, je m’incline avec la plus grande révérence et je lui rends hommage au nom du Kashag et des Tibétains à l’intérieur et à l’extérieur du Tibet. Mes collègues du Kashag et les Tibétains de toutes parts se joignent à ses millions d’admirateurs de par le monde pour souhaiter à Sa Sainteté une bonne santé et une longue vie. Nous offrons nos prières et affirmons à nouveau notre dévotion et notre loyauté profondes à Sa Sainteté le Dalaï-lama, Jetsun Jamphel Ngawang Lobsang Yeshi Tenzin Gyatso Si-Sum Wang-Gyur Tsungpa Me-Pey Dhe Pal-Sangpo Chog. Nous exprimons notre plus profonde gratitude aux parents aimants de Sa Sainteté, pour nous avoir accordé leur précieux fils Lhamo Dhondup, né le 6 juillet 1936 dans une famille de paysans dans le village de Taktser, dans la région de l’Amdo, au Tibet.

Sa Sainteté le Dalaï-lama se décrit comme un simple moine bouddhiste. Pour les Tibétains, il est la manifestation humaine de Chenrezig – le Bodhisattva de la Compassion. La grandeur de Sa Sainteté s’étend au-delà du Tibet : il propose en effet sa vision d’une meilleure humanité au travers de ses trois engagements en faveur 1) des valeurs humaines fondamentales, ou « éthique séculière », pour faire progresser le bonheur humain ; 2) de l’harmonie interreligieuse ; 3) de la préservation de la culture bouddhique du Tibet, pacifique et non-violente.

Sa Sainteté le Dalaï-lama nous enseigne que tous les êtres humains sont semblables : tous aspirent au bonheur et nul ne souhaite la souffrance. De la même manière qu’une bonne hygiène de vie est essentielle pour un corps sain, un sens de l’hygiène morale fondée sur la bonté et la compassion est tout aussi important. Il pense que l’éducation devrait inculquer aux enfants une intelligence cognitive et émotionnelle, afin de créer une synergie et un équilibre entre un corps sain et un esprit sain. C’est dans ce but que l’Administration Centrale Tibétaine va inaugurer un cours d’éthique morale séculière dans les écoles tibétaines.

Sa Sainteté le Dalaï-lama, infatigable avocat de l’harmonie entre les religions, interagit avec des dirigeants religieux de toutes les religions et il a visité et prié dans de nombreux mandir, mosquées, églises, synagogues et monastères.

Sa Sainteté le Dalaï-lama a joué un rôle crucial dans la préservation et la dissémination des enseignements du Bouddha, depuis leur sanctuaire au Tibet jusqu’à leur lieu d’origine en Inde et dans soixante-sept autres pays sur les six continents. Les monastères bouddhiques et les institutions culturelles détruits au Tibet occupé ont été restaurés et reconstruits en exil. Sa Sainteté encourage les érudits et les pratiquants tibétains à distinguer, dans la tradition bouddhique de Nalanda, différentes disciplines : religion, philosophie et science.

Pionnier de la promotion du dialogue intensif entre les scientifiques de pointe au niveau mondial et les religieux bouddhistes, Sa Sainteté le Dalaï-lama a contribué de manière importante à la promotion de la science moderne et du bouddhisme, dans un esprit d’enrichissement mutuel. La recherche sur l’esprit, telle que la poursuivent les pratiquants bouddhistes, et quand elle est appliquée à des disciplines scientifiques modernes, a abouti à des collaborations avec les universités parmi les plus réputées telles que Harvard, le MIT, Stanford, Emory, l’Université du Wisconsin, Zurich, Delhi, etc.
Sa Sainteté le Dalaï-lama est une des personnalités les plus respectées et admirées au monde. À l’instar du Mahatma Gandhi, de Nelson Mandela et de Mère Teresa, sa contribution à l’amélioration de l’humanité dans son ensemble s’étend bien au-delà de sa religion et de son époque. Ses contributions durables sont attestées par cent cinquante récompenses, prix et doctorats honoris causa parmi les plus importants, qui lui ont été décernés. On peut citer le Prix Nobel de la Paix en 1989, le Prix de la Terre des Nations-Unies en 1991, la Médaille d’or du Congrès des Etats-Unis en 2007 et le Prix Templeton en 2012. À l’occasion de la remise du prix Templeton, Sa Sainteté a été remerciée pour encourager « la recherche et les bilans scientifiques sérieux concernant le pouvoir de la compassion, et son large potentiel pour traiter les problèmes mondiaux les plus cruciaux ».

La stature de Sa Sainteté sur la scène mondiale s’est accrue au même rythme que la conscience globale et le soutien pour le Tibet. Sa Sainteté le Dalaï-lama est une des personnalités qui suscitent le plus l’inspiration dans le monde : il a eu un impact direct et positif sur l’image du people tibétain et a bénéficié de façon fondamentale à la cause tibétaine.

Avec Sa Sainteté le Dalaï-lama, les Tibétains ont un dirigeant qu’aucun autre peuple ne possède. Reconnu comme Sa Sainteté le Dalaï-lama à l’âge tendre de cinq ans, Sa Sainteté a été dans l’obligation d’assumer des responsabilités politiques à quinze ans, pour affronter l’occupation du Tibet par la République populaire de Chine, et s’est exilé à l’âge de 24 ans en Inde. Il a dû renoncer à une enfance normale puisque la survie de l’identité tibétaine, l’espoir et le futur d’une civilisation toute entière reposaient sur ses jeunes épaules. Comme un bon berger qui mène son troupeau à travers une zone aride, en direction de verts pâturages, le jeune dirigeant a empêché à lui seul que tombent dans les oubliettes de l’Histoire son peuple et le Tibet. Sa Sainteté a été la force qui a uni l’esprit des trois provinces du Tibet (U-Tsang, Kham et Amdo) et les quatre écoles du bouddhisme tibétain et la religion Bön. Il est le flambeau de l’espoir pour tous les Tibétains au Tibet, dont la majorité ne l’a jamais rencontré. Nos compatriotes à l’intérieur du Tibet, et parmi eux la nouvelle génération, expriment une loyauté profonde envers le et aspirent à l’évidence à le revoir.
À ce jour, 119 Tibétains se sont immolés au Tibet. Leur chagrin se reflète dans les p
aroles composées par deux jeunes chanteurs, Pema Trinlay et Chakdor, qui ont tous les deux été emprisonnés pour cette chanson :

Précieux maître exilé du Tibet
Sans vous, les Tibétains sont tels des orphelins
La souffrance sous le joug chinois est intolérable

Nos compatriotes au Tibet, et parmi elles les personnes qui se sont immolées, ont clairement exprimé que leur souhait le plus cher était le retour de Sa Sainteté le Dalaï-lama au Tibet et la liberté pour les Tibétains. Il est un devoir sacré pour les Tibétains en exil et la diaspora, en particulier la nouvelle génération, que ce vœu se réalise. C’est là le minimum que nous devons aux Tibétains du Tibet. Cela exige une compréhension approfondie du leadership de Sa Sainteté, de sa pensée et de sa vision pour le Tibet et pour le peuple tibétain.

Le passage de la démocratie tibétaine en exil, de l’enfance à sa stabilité actuelle, est le résultat de décennies d’efforts de la part de Sa Sainteté le Dalaï-lama. En cette période critique de notre combat, les Tibétains en exil et dans la diaspora doivent utiliser leur démocratie et leur liberté de manière responsable, de façon à manifester leur solidarité avec les Tibétains du Tibet et pour mettre en lumière leur souffrance, pour mettre au défi les politiques intransigeantes du gouvernement chinois et pour unir tous les Tibétains.

Dès les années 1970, Sa Sainteté le Dalaï-lama a commencé à consulter les dirigeants tibétains et à solliciter des retours de la part des Tibétains du Tibet, afin d’élaborer une solution pragmatique et clairvoyante pour la question du Tibet. Cette nouvelle formulation est passée par la « voie moyenne » entre les deux extrêmes de la répression et de la séparation – rejetant par là catégoriquement les politiques répressives et coloniales du gouvernement chinois envers les Tibétains, tout en ne cherchant pas la séparation d’avec la République Populaire de Chine. Cette proposition gagnant-gagnant, qui est connue sous le nom de « méthode de la voie moyenne », revendique une réelle autonomie pour le peuple tibétain à l’intérieur de la République Populaire de Chine. Cette méthode était également en harmonie avec la position du dirigeant suprême de la Chine de l’époque, Deng Xiaoping, selon qui « toutes les questions peuvent être discutées et résolues, hormis l’indépendance du Tibet ».

La méthode de la voie moyenne a permis à Dharamsala et à Pékin d’établir des contacts à l’occasion d’une série de négociations entre les représentants chinois et les envoyés de Sa Sainteté le Dalaï-lama. Pour la première fois, des Tibétains du Tibet et de l’extérieur ont pu entrer en contact et se rendre visite. Des milliers d’étudiants et de moines tibétains ont pu se rendre en Inde et y recevoir une éducation laïque et monastique, qui a aussi contribué à la revitalisation du bouddhisme à l’intérieur du Tibet et à une conscience accrue de l’Administration Centrale Tibétaine.

La méthode de la voie moyenne est soutenue par de nombreux et éminents Tibétains au Tibet, qui la considèrent comme réaliste et capable de résoudre pacifiquement la question du Tibet. De plus, cette méthode permet également à de nombreux gouvernements de soutenir une ligne politique tibétaine orientée vers la résolution du problème et elle les aide à soulever la question du Tibet dans leur dialogue bilatéral avec la Chine. Après la rencontre entre le président Barack Obama et Sa Sainteté le Dalaï-lama le 16 juillet 2011, la Maison Blanche a loué « l’engagement du Dalaï-lama en faveur de la non-violence et le dialogue avec la Chine et sa poursuite de la méthode de la voie moyenne », et elle a encouragé « le dialogue direct pour résoudre les différences de longue date », affirmant qu’« un dialogue qui produit des résultats serait positif pour la Chine et les Tibétains ».

Un autre domaine crucial où la méthode de la voie moyenne a un impact de manière constante est dans l’esprit de nombreux citoyens chinois, en particulier chez les intellectuels. Plusieurs des penseurs et intellectuels chinois parmi les plus brillants, parmi lesquels Liu Xiaobo, le Prix Nobel emprisonné, ont été les signataires d’une lettre ouverte courageuse qui en 2008 a exprimé leur soutien aux initiatives de paix de Sa Sainteté le Dalaï-lama. Depuis lors, plus de mille articles et billets d’opinion ont été écrits par des érudits et des écrivains. Cela inclut un rapport par une ONG légale, basée à Pékin, appelée « Initiative Gongmen pour la Constitution », qui décrit les souffrances et les doléances du peuple tibétain, et plaide pour des changements de politique. Le bouddhisme tibétain également attire un nombre croissant de pratiquants chinois de Chine, où l’on estime actuellement à 300 millions le nombre de bouddhistes. L’ouverture de Sa Sainteté le Dalaï-lama en direction des étudiants et savants chinois, ainsi que ses enseignements à destination des pratiquants bouddhistes chinois, modifient les attitudes chinoises envers le Tibet et les Tibétains.

En cette occasion propice du soixante-dix-huitième anniversaire de Sa Sainteté le Dalaï-lama, l’Administration Centrale Tibétaine réaffirme son engagement ferme en faveur de la méthode de la voie moyenne pour résoudre la question tibétaine. Depuis que notre prise de fonction en août 2011, nous avons procédé à une approche en trois phases : consolidation, action et dialogue.
La phase de consolidation qui a occupé une grosse partie de la première année a été importante pour garantir une transition en douceur après la décision historique de Sa Sainteté le Dalaï-lama de transférer l’autorité politique à un dirigeant élu démocratiquement. C’est dans ce but que nous avons tenu de grandes conférences à Dharamsala qui ont réuni des représentants tibétains du monde entier et des responsables de groupes de soutien au Tibet, en Inde et à l’international.

Cette phase d’action a été le témoin de grands moments de solidarité dans plusieurs villes telles que New York, Bruxelles, Tokyo, Sydney, entre autres. À ces moments de solidarité s’est ajoutée une attention portée aux médias et des efforts pour s’assurer le soutien pour le Tibet, au Congrès comme aux parlements du monde entier. En collaboration avec des amis et des groupes de soutien du Tibet, nous avons pu aboutir à des résolutions et faire passer des motions dans les parlements de l’Union Européenne (UE), de France, d’Italie, des Etats-Unis et d’autres pays encore.

Les trois phases sont liées entre elles et la phase du dialogue va impliquer des efforts et des initiatives continus pour reprendre contact avec le gouvernement chinois. Un investissement supplémentaire est en train d’être fourni pour éduquer à la fois les Tibétains et les non Tibétains sur la méthode de la voie moyenne. Le « Groupe de travail pour la négociation » va être élargi et ses membres se réuniront pour la vingt-sixième fois en septembre 2013. Les développements les plus récents au Tibet et en Chine seront discutés à cette occasion.

Je saisis cette occasion pour remercier le formidable peuple indien, ainsi que le gouvernement indien, pour leur assistance et leur soutien inébranlable des Tibétains. Je remercie également les autres gouvernements et les personnes qui nous soutiennent dans le monde entier.

En dernier lieu, je souhaite offrir mes prières ferventes pour souhaiter à Sa Sainteté le Dalaï-lama une longue vie et une bonne santé. Guidé par l’unité, l’innovation et l’autonomie, puissent tous ses souhaits et toutes les aspirations des Tibétains à l’intérieur et hors du Tibet, ainsi que ses efforts pour promouvoir un monde meilleur et pacifique, être couronnés de succès.

Secretary
Bureau du Tibet
84 Boulevard, Adolphe Pinard
75014 PARIS

http://tibet.net/2013/07/06/the-statement-of-the-sikyong-on-the-auspicious-occasion-

The Statement of the Sikyong on the Auspicious Occasion of the Seventy-Eighth Birthday of His Holiness the Great Fourteenth Dalai Lama of Tibet
July 6, 2013 8:44 am

On this joyous occasion of the seventy-eighth birthday of His Holiness the Great Fourteenth Dalai Lama of Tibet, I bow in deepest reverence and pay obeisance on behalf of the Kashag and Tibetans inside and outside Tibet. My colleagues in the Kashag and Tibetans everywhere join millions of admirers across the globe in wishing His Holiness good health and a long life. We offer our prayers and re-affirm our unflinching devotion and loyalty to His Holiness the Dalai Lama – Jetsun Jamphel Ngawang Lobsang Yeshi Tenzin Gyatso Si-Sum Wang-Gyur Tsungpa Me-Pey Dhe Pal-Sangpo Chog. We express our deepest gratitude to His Holiness’ loving parents for blessing us with their precious son, Lhamo Dhondup, born on July 6, 1935 to a peasant family in Taktser village in the Amdo region of Tibet.

His Holiness the Dalai Lama describes himself as a simple Buddhist monk. For Tibetans, he is the human manifestation of Chenrezig – the Bodhisattva of Compassion. His Holiness’ greatness extends beyond Tibet as he advances his vision for a better humanity through the promotion of his three commitments: 1. basic human values or secular ethics in furthering human happiness; 2. inter-religious harmony; and 3. the preservation of Tibet’s peaceful and non-violent Buddhist culture.

His Holiness the Dalai Lama teaches that human beings are the same, all want happiness and no one wants suffering. Just as physical hygiene is essential for a healthy body, a sense of moral hygiene based on warm-heartedness and compassion is equally important. He believes education should instill in children both cognitive and emotional intelligence in order to create synergy and balance between a healthy body and healthy mind. Towards this end, the Central Tibetan Administration will introduce a curriculum on secular moral ethics in Tibetan schools.

As a tireless advocate of inter-religious harmony, His Holiness the Dalai Lama interacts with religious leaders of all faiths and has visited and prayed at numerous mandirs, mosques, churches, synagogues and monasteries.

His Holiness the Dalai Lama has been instrumental in preserving and disseminating the teachings of the Buddha from their repository in Tibet to their origin in India and to 67 other countries across 6 continents. Buddhist monasteries and cultural institutions destroyed in occupied Tibet have been revived and rebuilt in exile. His Holiness encourages Tibetan scholars and practitioners to categorize the Nalanda tradition of Buddhism into separate fields of religion, philosophy and science.

As a pioneer in promoting intensive dialogue between leading world scientists and Buddhist monks, His Holiness the Dalai Lama has greatly advanced and enriched both modern science and Buddhism. The study of mind, as pursued by Buddhist practitioners, when applied to contemporary scientific fields has resulted in collaborations with major reputed universities such as Harvard, MIT, Stanford, Emory, Wisconsin, Zurich, Delhi University and others.

His Holiness the Dalai Lama is one of the world’s most respected and admired figures. Like Mahatma Gandhi, Nelson Mandela and Mother Teresa, his contribution to the betterment of greater humanity extends far beyond his own religion and time. His enduring contributions are evident from over 150 major awards, prizes and honorary doctorates that have been conferred on him, most notably the Nobel Peace Prize in 1989, United Nations Earth Prize in 1991, US Congressional Gold Medal in 2007 and the Templeton Award in 2012. The Templeton Award citation acknowledged His Holiness for encouraging “serious scientific investigation and reviews of the power of compassion and its broad potential to address the world’s fundamental problems.”

As His Holiness’ stature on the world stage has grown, so has global awareness and support for Tibet. As one of the world’s most inspirational figures, His Holiness has directly and positively impacted on the image of the Tibetan people and fundamentally benefitted the Tibetan cause.

In His Holiness the Dalai Lama, Tibetans have a leader that no other people has. Recognized as His Holiness the Dalai Lama at the tender age of five, His Holiness was compelled to take on political responsibilities at age fifteen, to face the occupation of Tibet by the People’s Republic of China, and was exiled to India at twenty-four. He had to forego all semblance of a normal childhood as the survival of Tibetan identity, hope and the future of an entire civilization rested on his young shoulders. Like a good shepherd leading his flock through an arid area to greener pastures, the young leader single-handedly prevented his people and the Tibet issue from falling into historical oblivion. His Holiness has been the force unifying the spirit of Tibet’s three provinces (U-Tsang, Kham and Amdo) and four schools of Tibetan Buddhism and the Bon religion. He is the beacon of hope for all Tibetans in Tibet, the majority of whom have never seen him. Our compatriots inside Tibet, including the new generation, express deep loyalty and clearly yearn to be reunited with His Holiness.

As of today, 119 Tibetans have self-immolated in Tibet. Their grief is reflected in the lyrics composed by two young singers, Pema Trinlay and Chakdor, both of whom were imprisoned for their song.

“Precious master exiled from Tibet

Without you, Tibetans are like orphans

Suffering under Chinese rule is unbearable”

Our compatriots in Tibet, including the self-immolators, clearly expressed their primary aspiration to be the return of His Holiness the Dalai Lama to Tibet and freedom for Tibetans. Tibetans in exile and the diaspora, particularly the new generation, must make the realization of this aspiration a sacred duty. This is the least we owe to the Tibetans inside Tibet. This calls for a thorough understanding of the leadership of His Holiness, his thoughts and vision for Tibet and the Tibetan people.

Tibetan democracy in exile from its infancy to today’s consolidated state is the result of decades of efforts by His Holiness the Dalai Lama. At this critical period of our struggle, Tibetans in exile and diaspora must utilize this democracy and freedom responsibly to show solidarity with and highlight their suffering of Tibetans in Tibet, challenge the hard-line policies of the Chinese government, and unite all Tibetans.

As early as the 1970s, His Holiness the Dalai Lama began consulting various Tibetan leaders and soliciting feedback from Tibetans inside Tibet to formulate a far-sighted and pragmatic solution to the Tibet issue. The new formulation traversed the middle path between the two extremes of repression and separation – one categorically rejecting the repressive and colonial policies of the Chinese government towards Tibetans while not seeking separation from the People’s Republic of China. This win-win proposition, which came to be known as the Middle Way Approach, calls for genuine autonomy for the Tibetan people within the framework of the People’s Republic of China. This approach was also in sync with then China’s paramount leader Deng Xiaoping’s position that, “except for independence of Tibet all other issues could be discussed and resolved.”

The Middle Way Approach has enabled Dharamsala and Beijing to establish contact through a series of talks held between Chinese representatives and envoys of His Holiness the Dalai Lama. Tibetans inside and outside Tibet were for the first time able to contact and visit one another. Thousands of Tibetan students and monks in Tibet were able to visit India and receive secular and monastic education, which also contributed to the revival of Buddhism inside Tibet and awareness about the Central Tibetan Administration.

The Middle Way Approach is supported by many prominent Tibetans inside Tibet as they view it as a realistic approach to peacefully resolving the issue of Tibet. Furthermore, this approach is also enabling many governments to support a solution-oriented Tibet policy and helps them to raise the Tibet issue in their bilateral dialogue with China. After President Barack Obama’s meeting with His Holiness the Dalai Lama on July 16, 2011, the White House applauded “the Dalai Lama’s commitment to non-violence and dialogue with China and his pursuit of the Middle Way Approach,” and encouraged “direct dialogue to resolve long-standing differences and that a dialogue that produces results would be positive for China and Tibetans.”

Another key area where the Middle Way Approach is steadily bearing results is in the minds of many Chinese people, in particular among the intellectuals. Some of the brightest Chinese intellectual luminaries, including Liu Xiaobo, the imprisoned Nobel Laureate, were signatories of a courageous open letter in 2008 that expressed support for His Holiness the Dalai Lama’s peace initiatives. Since then more than 1,000 articles and opinion pieces have been written by Chinese scholars and writers. These include a report by the Beijing based legal NGO, the Gongmeng Constitutional Initiative, describing the suffering and grievances of the Tibetan people and calling for policy change. Tibetan Buddhism is also drawing a growing number of Chinese practitioners from Mainland China, where it is estimated today there are over 300 million Buddhists. His Holiness the Dalai Lama’s outreach to Chinese students and scholars and his teachings to Chinese Buddhist practitioners are shaping Chinese attitudes towards Tibet and Tibetans.

On the auspicious occasion of His Holiness the Dalai Lama’s 78th birthday, the Central Tibetan Administration reiterates its firm commitment to the Middle Way Approach in resolving the Tibet issue. Since assuming office in August 2011, we have proceeded with a three-phase approach of consolidation, action and dialogue.

The consolidation phase that spanned much of the first year was important to ensure a smooth transition after His Holiness the Dalai Lama’s historic decision to devolve political authority to a democratically-elected leader. Towards this end, we hosted several major conferences in Dharamsala that brought together Tibetan representatives from all across the globe and leaders of the Indian and International Tibet Support Groups.

The action phase witnessed major solidarity events in several cities including New York, New Delhi, Brussels, Tokyo, Sydney and others. These solidarity events were complemented by media awareness and efforts to garner support for Tibet in Congress and parliaments across the world. Working with friends and supporters of Tibet, we were able to get resolutions and motions passed in parliaments in the European Union (EU), France, Italy, the United States and others.

The three phases are inter-related, and the dialogue phase will involve continued efforts and initiatives to resume contact with the Chinese government. Additional investment is being made to educate both Tibetan and external audiences on the Middle Way Approach. The Task Force on Negotiations will be enlarged and members will have their 26th meeting in September 2013 during which the recent developments in Tibet and China will be discussed.

I take this opportunity to thank the great people of India and the Indian Government for their unwavering assistance and support to Tibetans. I also thank other governments and our supporters around the world.

Lastly, I offer my fervent prayers for His Holiness the Dalai Lama’s long and healthy life. With unity, innovation and self-reliance as the guiding principles, may all his wishes and the aspirations of Tibetans inside and outside Tibet, and his efforts towards promotion of a more compassionate and peaceful world be fulfilled.
_____
Dans la plupart des pays, les citoyens possèdent la liberté de parole. Mais dans une démocratie, ils possèdent encore la liberté après avoir parlé.
André Guillois

Sunyata
http://sunyat.free.fr


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 6 Juil - 09:30 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> BUREAU DU TIBET Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB and iRn
Traduction par : phpBB-fr.com