Sunyata Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 FORUM TIBET 
Déclaration du Kashag à l’occasion du 24ème anniversaire de l'attribution du Prix Nobel de la Paix à Sa Sainteté le XIVème Dalaï Lama du Tibet

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> TIBET
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sunyata


Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2009
Messages: 841

MessagePosté le: Mar 10 Déc - 12:20 (2013)    Sujet du message: Déclaration du Kashag à l’occasion du 24ème anniversaire de l'attribution du Prix Nobel de la Paix à Sa Sainteté le XIVème Dalaï Lama du Tibet Répondre en citant

Déclaration du Kashag à l’occasion du 24ème anniversaire de l'attribution du
Prix Nobel de la Paix à Sa Sainteté le XIVème Dalaï Lama du Tibet

Au nom des 6 millions de Tibétains, le Kashag s’incline avec humilité et respect
devant sa Sainteté le XIVème Dalaï Lama du Tibet en cette occasion spéciale du 24e
anniversaire de l'attribution du Prix Nobel de la Paix à sa Sainteté le Dalaï Lama.

Le Kashag étend également ses salutations les plus chaleureuses aux compatriotes
tibétains, amis et sympathisants du monde entier. En ce jour de 1989, Sa Sainteté le
Dalaï Lama a reçu le prix Nobel de la paix pour sa résistance constante à l'usage de
la violence dans la lutte de son peuple pour les libertés fondamentales. Le Prix Nobel
de la Paix remis à Sa Sainteté a donné à la lutte tibétaine une plus grande visibilité
internationale. La stature mondiale de sa Sainteté le Dalaï Lama a quant à elle, eue
un impact direct et positif sur l’image du peuple tibétain et fondamentalement
renforcé la cause tibétaine en elle-même. Le Tibet est ainsi devenu symbole de nonviolence
et de quête de justice. Cette journée est également Journée mondiale des
droits de l'Homme, elle célèbre la proclamation et l'adoption de la Déclaration
universelle des droits de l'Homme par les Nations Unies en 1948 comme norme
commune pour mesurer les libertés dont tous les peuples et les nations devraient
pouvoir bénéficier.

Malheureusement, 65 ans après cette proclamation, les Tibétains ont peu à célébrer
tant les conditions des droits de l’Homme se détériorent au Tibet. La Chine continue
à nier le principe d'universalité des droits de l'Homme en violant continuellement les
dispositions de la déclaration universelle des droits de l’Homme. Le Tibet est toujours
sous occupation. Il continue à souffrir de la répression politique, de la marginalisation
économique, de la discrimination sociale, de la destruction de l'environnement et de
l'assimilation culturelle. Le pire étant la migration en masse des chinois au Tibet qui a
transformé les Tibétains en citoyens de second rang dans leur propre patrie. Vivre
dans un tel environnement répressif, sans espace ni possibilité de protester pousse
les Tibétains de tous horizons à prendre des mesures extrêmes pour exprimer leur
indignation et leur désespoir. Il y a une semaine, M. Kunchok Tsetan, à seulement 30
ans, a eu recours à l’auto-immolation et en est mort. En dépit de nos appels répétés
à ne pas avoir recours à de tels actes, 123 Tibétains se sont auto-immolés au Tibet
depuis 2009.

123 ce n'est pas simplement un nombre, ni une liste de noms. Ce sont des êtres
humains, qui tout comme chacun d'entre nous, auraient souhaité vivre une vie
entière si on leur en avait donné le choix. La Chine ne peut pas nier les violations
flagrantes des droits de l’Homme qui sont les causes des auto-immolations.

Récemment, à Driru, Nagchu, des Tibétains ont refusé de hisser le drapeau national
chinois. On leur a tiré dessus en représailles et 4 d'entre eux ont été tués. Beaucoup
d’autres ont été arrêtés. La situation dans la région continue d'être tendue. Au lieu de
considérer Sa Sainteté le Dalaï Lama comme la solution, il est considéré comme
l’ennemi juré. Chen Quanguo, le secrétaire du Parti de la région dite autonome du
Tibet (TAR) a menacé de faire taire la voix de Sa Sainteté le Dalaï Lama et interdit à
son propre peuple, au Tibet, d'entendre son message. De même, Liu Xiaobo, chinois
ayant également reçu le prix Nobel de la paix est aussi réduit au silence car
actuellement emprisonné en Chine. La détérioration de la situation des droits de
l’Homme au Tibet est critiquée et fustigée dans le rapport des droits de l’Homme du
département d'Etat américain, le rapport d'Amnesty International et celui du Human
Rights Watch.

Dans son rapport mondial 2013, Le « Freedom House » a classé le Tibet parmi « le
pire des pires» en matière de privation de droits civils et de liberté politique.
Dans la revue universelle périodique de la Chine établie par le Conseil des droits de
l'Homme des Nations Unies, 12 pays, dont le Japon, l'Australie, l'Islande et le
Canada ont exprimé leur inquiétude quant aux violations des droits de l'Homme en
Chine. La Nouvelle-Zélande, parmi d’autres, a appelé la Chine à reprendre un
dialogue bilatéral pour résoudre la question du Tibet. L'Administration Centrale
Tibétaine (CTA) reste attachée à la Voie du Milieu et réaffirme que le dialogue est
l'approche la plus réaliste et la seule façon de trouver une solution mutuellement
bénéfique pour la question du Tibet. La Voie du Milieu ne cherche ni la séparation de
la République populaire de Chine, ni un "haut degré d'autonomie», mais une
véritable autonomie pour tous les Tibétains sous une seule administration. Cette
approche est cohérente avec la loi nationale régissant l'autonomie régionale et la
Constitution de la République populaire de Chine.

L’Administration Centrale Tibétaine n’utilise pas le terme de « plus grand Tibet». Les
trois provinces traditionnelles de l'U-Tsang, Kham et de l'Amdo ont toujours été des
éléments essentiels du Tibet qui couvrent l'ensemble du plateau tibétain. Ils
partagent non seulement la même géographie et topographie, mais aussi la culture,
la langue et la religion. La division du Tibet en plusieurs provinces est une violation
flagrante des lois chinoises et de l'article 4 de la Constitution qui reconnaît le droit
aux minorités à pratiquer l'autonomie régionale "dans les zones où ils vivent en
communautés concentrées" et à "mettre en place un organe gouvernemental
autonome qui permette l'exercice du pouvoir de l'autonomie ". 99% des Ouïghours
vivent dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang et 95% de Zhuang vivent dans
la région autonome Zhuang du Guangxi. Les Tibétains qui vivent dans une
communauté concentrée sont divisés dans différentes provinces avec moins de 50%
dans la région autonome du Tibet tandis que la majorité est amenée dans des
provinces chinoises voisines, annoncées comme préfectures et comtés autonomes
tibétains.

Le Tibet formant un quart de la Chine, n'est pas une création politique récente, il est
la conséquence des milliers d'années durant lesquelles les tibétains ont habité le
plateau. Le fait que le Tibet constitue un quart de la Chine ne devrait pas être un
sujet de préoccupation pour le gouvernement chinois, puisqu’un cinquième de la
Chine est déjà établi comme région autonome ouïghoure du Xinjiang et un huitième
du pays, comme région autonome de Mongolie intérieure.

En outre, l’autonomie pour les Tibétains n’est pas une question géographique, mais
une question administrative l’objectif étant la mise en oeuvre effective des lois
chinoises dans ces zones pour permettre aux Tibétains de devenir maîtres de leurs
propres affaires. Réunir les Tibétains de même tradition, économie et même d’un
point de vue géographique grâce à une seule unité administrative serait une forme
de gouvernance efficace plutôt que de les diviser en une région autonome du Tibet et
en quatre provinces chinoises à majorité chinoise, c'est à dire du Qinghai, du
Sichuan, du Gansu et du Yunnan. Le mémorandum sur une autonomie réelle pour le
peuple tibétain a clairement expliqué que ce n'est pas notre intention d'expulser
« tous les Chinois » des zones tibétaines comme le prétendent les autorités
chinoises. Mais les régions tibétaines devraient se composer d’une majorité de
Tibétains pour la préservation et la promotion d’une identité tibétaine unique.

Pour toutes ces raisons, la modération et le pragmatisme de la Voie du Milieu a attiré
le soutien et la reconnaissance des intellectuels, des parlementaires, des dirigeants,
des leaders d’opinion et de particuliers, y compris des écrivains et des bouddhistes
chinois. Depuis 2011, plus de 6 pays différents ont adopté des résolutions et des
motions en faveur de la reprise du dialogue entre les émissaires de Sa Sainteté le
Dalaï Lama et les nouveaux dirigeants chinois. Plus de 16 ministères des affaires
étrangères, porte-paroles et parlementaires ont exhorté la Chine à résoudre la
question du Tibet. A cette occasion, le Kashag tient à remercier tous ces pays pour le
soutien qu’ils apportent à la cause tibétaine. Nous profitons de cette occasion pour
remercier, avant tout, le gouvernement et le peuple Indien pour leur générosité et
leur hospitalité depuis toutes ces années. Ces mots de remerciements ne peuvent
pas exprimer pleinement notre profond sentiment de gratitude envers l'Inde pour sa
générosité. Nous remercions également les groupes de soutien et tous les
sympathisants individuels du monde entier pour leur soutien volontaire et constant à
nous encourager dans nos efforts.

Dans son discours d'acceptation du prix Nobel de la paix, Sa Sainteté le Dalaï Lama
a déclaré, « ce prix réaffirme notre conviction qu’avec pour armes la vérité, le
courage et la détermination, le Tibet sera libéré. " En outre, le 22 Septembre 2013,
Sa Sainteté le Dalaï Lama a rassuré tous les Tibétains en affirmant catégoriquement
qu'il vivrait une très longue vie et qu’il verrait le jour où la question du Tibet serait
résolue grâce à la Voie du Milieu. Nous devons tous rester unis et nous consacrer à
accomplir les paroles de bon augure de Sa Sainteté le Dalaï Lama. La cause du
Tibet et sa lutte pour les droits triompheront. La force et la persévérance du peuple
tibétain ne faibliront jamais. La non-violence et la paix sont une aspiration
universelle, pas seulement pour nous, mais pour toute l'humanité. Le succès de la
lutte tibétaine sera le succès de la non violence et de paix.

Ainsi, frères et soeurs bien-aimés au Tibet, si votre souffrance est insupportable et
semble sans fin, la seule certitude dans la vie est le changement. Les choses ne
restent jamais figées pour toujours. Bien que nous demeurions séparés par la force
politique, nous n’arrêterons jamais de travailler pour être réunis, afin de vivre avec
des libertés fondamentales et avec Sa Sainteté le Dalaï Lama au Tibet.
Enfin, le Kashag et tous les Tibétains souhaitent à Sa Sainteté le Dalaï Lama de se
maintenir en bonne santé et que tous ses désirs soient accomplis. Merci !

Le Kashag
10 décembre 2013

http://tibet.net/2013/12/10/statement-of-kashag-on-24th-anniversary-of-conferment-of

Statement of Kashag on 24th Anniversary of Conferment of Nobel Peace Prize to His Holiness the XIV Dalai Lama of Tibet

On behalf of the 6 million Tibetans, the Kashag pays its deep reverence and humble respects to His Holiness the Great XIV Dalai Lama of Tibet on this special occasion of the 24th Anniversary of the conferment of the Nobel Peace Prize to His Holiness the Dalai Lama.

The Kashag also extends its warmest greetings to fellow Tibetans, friends and well-wishers all over the world.

On this day in 1989, His Holiness the Dalai Lama was awarded the Nobel Peace Prize for his consistent resistance to the use of violence in his people’s struggle for basic freedoms. The Nobel Peace Prize to His Holiness the Dalai Lama catapulted the Tibetan struggle to greater international visibility. His Holiness the Dalai Lama’s global stature directly and positively impacted on the image of the Tibetan people and fundamentally strengthened the Tibetan cause. Tibet became synonymous with non-violence and justice.

This day is also observed as World Human Rights Day, to celebrate the proclamation and adoption of the Universal Declaration of Human Rights by the United Nations in 1948 as the common standard to measure the freedoms to which all peoples and nations should live.

Unfortunately, even after 65 years of proclamation there is not much for Tibetans to celebrate given the deteriorating human rights condition in Tibet.

China continues to negate the principle of the universality of human rights by violating the provisions of the Universal Declaration of Human Rights. Tibet is still under occupation. It continues to suffer from political repression, economic marginalisation, social discrimination, environmental destruction and cultural assimilation. Worst is the mass Chinese migration to Tibet which has turned Tibetans into second-class citizens in their own homeland.

Living under such a repressive environment, with no space for conventional methods of protest, Tibetans from all walks of life are forced to take drastic measures to express their outrage and despair. Just a week ago, Mr. Kunchok Tsetan, only 30 years old, self-immolated and died. Despite our repeated appeals not to do so, 123 Tibetans have self-immolated in Tibet since 2009. 123 is neither simply a number nor a list of names. They are human beings just like any one of us who will wish to live a complete life, if given a choice. China cannot deny the blatant human rights violations which are the causes for the self-immolations.

Recently in Driru, Nagchu, Tibetans refused to hoist the Chinese national flag. They were shot at and 4 of them were killed. Many were detained. The situation in the area continues to remain tense.

Instead of seeing His Holiness the Dalai Lama as the solution, he is labeled an arch enemy. Chen Quanguo, the Party Secretary of the so-called Tibet Autonomous Region (TAR), threatened to silence His Holiness the Dalai Lama’s voice and ban his own people inside Tibet from hearing his message. Similarly, the voice of their own Nobel Peace Prize winner, Liu Xiaobo, is silenced as he is currently imprisoned in China.

The deteriorating human rights situation inside Tibet is being criticised and castigated in the US State Department Human Rights Report, Amnesty International Report and Human Rights Watch Report. The Freedom House ranked Tibet among the ‘worst of the worst’ in civil rights and political liberty in its Freedom in the World Report 2013.

In the recent United Nations Human Rights Council’s Universal Periodic Review of China, 12 nations including Japan, Australia, Iceland and Canada expressed their concern over China’s human rights violations. Among others, New Zealand called on China to resume two-way dialogue to resolve the issue of Tibet.

The Central Tibetan Administration (CTA) remains committed to the Middle-Way Approach and reiterates that dialogue is the most realistic approach and the only way to find a mutually beneficial solution to the Tibet issue. The Middle-Way Approach neither seeks separation from the People’s Republic of China nor “high degree of autonomy”, but Genuine Autonomy for all Tibetan people under a single administration. This is consistent with both the National Regional Autonomy Law and the Constitution of the People’s Republic of China.

The CTA does not use the term “Greater Tibet.” The three traditional provinces of U-Tsang, Kham and Amdo have always been essential parts of Tibet that covers the entire Tibetan plateau. They share not just the same geography and topography but also culture, language and religion. Division of Tibet into several provinces of China is a clear violation of Chinese laws and of Article 4 of the Constitution which recognises the right of minority nationalities to practice regional autonomy “in the areas of where they live in concentrated communities” and to “set up organ of self government for the exercise of power of autonomy.” 99% Uyghurs live in Xinjiang Uyghur Autonomous Region and 95% of Zhuangs live in Guangxi Zhuang Autonomous Region. Tibetans living in one concentrated community are divided into different provinces with less than 50% in the TAR while the majority is incorporated into neighbouring Chinese provinces as Tibetan autonomous prefectures and counties.

Tibet constituting one-fourth of China is not a recent political creation but a natural outcome of Tibetans inhabiting the Tibetan plateau for thousands of years. The fact that Tibet constitutes one-fourth of China should not be a concern for the Chinese government because one-fifth of China is already established as Xinjiang Uyghur Autonomous Region and one-eighth as Inner Mongolia Autonomous Region. Moreover, Genuine Autonomy for all Tibetans is not geographically specific, but administratively specific, aiming for actual implementation of Chinese laws in the areas to empower Tibetans to become masters of their own affairs.

Having all Tibetans with the same tradition, economy and even geography in a single administrative unit will be an efficient and effective form of governance rather than dividing them into TAR and four Chinese provinces with Chinese majority, i.e. Qinghai, Sichuan, Gansu and Yunnan. The Memorandum on Genuine Autonomy for the Tibetan People has clearly explained that it is not our intention to expel “all Chinese” from the Tibetan areas as alleged by the Chinese authorities. But the Tibetan areas should have Tibetan majority for the preservation and promotion of the unique Tibetan identity.

For all these reasons, the moderation and pragmatism of the Middle-Way Approach has attracted support and recognition among intellectuals, parliamentarians, leaders and individuals, including Chinese scholars, writers and Chinese Buddhists. Since 2011, more than 6 different countries have passed resolutions and motions in support of resumption of dialogue between envoys of His Holiness the Dalai Lama and the new leadership. More than 16 foreign ministries, spokespersons and individual parliamentarians have urged China to resolve the Tibet issue.

On this occasion, the Kashag would like to thank all these countries and others for supporting our cause.

We take this opportunity to thank, above all, the Government and people of India for their generosity and hospitality all these years. Our words of thankfulness cannot fully express our profound feelings of gratitude towards India for its generosity.

We also thank the Tibet Support Groups and individual supporters all over the world for their voluntary and steadfast support for all our endeavours.

In his Nobel Peace Prize acceptance speech, His Holiness the Dalai Lama stated, “The prize reaffirms our conviction that with truth, courage and determination as our weapons, Tibet will be liberated.” Furthermore, His Holiness the Dalai Lama on September 22, 2013, reassured all Tibetans by categorically stating that he would live a very long life and see the day when the Tibet issue is resolved through the Middle-Way Approach.

We must all remain united and dedicate ourselves to fulfill the auspicious words of His Holiness the Dalai Lama. Tibet’s cause and its struggle for human rights will triumph. The strength and perseverance of the Tibetan people will never diminish. Non-violence and peace are a universal aspiration not only for us, but for all humanity. The success of the Tibetan struggle will be a success of non-violence and peace.

So, our beloved brothers and sisters in Tibet, though your suffering is unbearable and seems endless, the only certainty in life is change. Things never stay the same forever. Though we remain separated by political force, we will never stop working to be reunited with basic freedoms and with His Holiness the Dalai Lama in Tibet.

Finally, the Kashag and Tibetans everywhere wish His Holiness the Dalai Lama continued good health. May all his wishes be fulfilled.

Thank You!



The Kashag December 10, 2013
_____
Dans la plupart des pays, les citoyens possèdent la liberté de parole. Mais dans une démocratie, ils possèdent encore la liberté après avoir parlé.
André Guillois

Sunyata
http://sunyat.free.fr


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mar 10 Déc - 12:20 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> TIBET Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB and iRn
Traduction par : phpBB-fr.com