Sunyata Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 FORUM TIBET 
Grande traversée La longue marche du Dalaï-Lama

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> DALAI LAMA
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Sunyata


Hors ligne

Inscrit le: 08 Oct 2009
Messages: 841

MessagePosté le: Jeu 31 Juil - 08:58 (2014)    Sujet du message: Grande traversée La longue marche du Dalaï-Lama Répondre en citant

Grande traversée La longue marche du Dalaï-Lama

L’émission "Les grandes traversées" sur France Culture est consacrée à l’histoire du Dalaï Lama :

1935-1959 : un enfant tibétain pas comme les autres

On ne naît pas dalaï-lama, on le devient. Certes Tenzin Gatzo – l’actuel dalaï-lama – né en 1935 a été reconnu deux ans plus tard comme la réincarnation du XIIIème dalai-lama décédé en 1933 mais le cycle des dalaï-lama qui l’ont précédé réserve quelques surprises chronologiques ! D’abord, le terme « océan de sagesse » qui est la traduction du terme « dalaï-lama » est un savant assemblage entre le mongol « dalaï » qui veut dire « océan » et le tibétain « lama » qui signifie « maître spirituel ». Ensuite, ce terme a été conféré pour la première fois par le chef mongol Altan Khan au moine Sonam Gyatso en 1578. Ils établirent alors un lien de maître spirituel à donateur. Mais comme Sonam Gyatso était lui-même considéré comme la réincarnation de deux précédents lamas importants, ceux devinrent le Ier et le IInd dalaï- lama à titre posthume ! Dans la lignée qui suit le IIIème, on distingue deux figures importantes : le grand Vème et le grand XIIIème. Le premier, à partir de 1642, concentre pour la première fois les pouvoirs spirituels et politiques sur le Tibet, dit-central, à l’exception des régions de l’Amdo et du Kham. Le second est célèbre pour avoir créé les attributs du Tibet indépendant : timbre, monnaie, drapeau. L’enfance du dalaï-lama actuel qui fuit le Tibet en 1959 sous la menace des chinois est donc aussi marquée par le legs de ses prédecesseurs.


Avec le chercheur du CNRS Samtem Karmay, natif de la région de l’Amdo comme le XIVème dalaï-lama.
Invitée : Françoise Wang-Toutain, spécialiste du bouddhisme tibétain et chinois, directrice de recherche au CNRS. Auteure notamment du livre Le Dalaï-lama publié aux éditions Entre-lacs.

Invité(s) : Françoise Wang-Toutain, chercheuse au CNRS.

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4852356

1959-1979 : l’élève tibétain face au maitre indien

Après sa fuite du Tibet tombé aux mains des soldats de l’Armée populaire de libération chinoise, le dalaï-lama s’installe en Inde. Il reçoit l’hospitalité du premier ministre Nehru, obligé de sortir de sa neutralité pour accueillir non seulement le jeune dirigeant, mais aussi des milliers de tibétains qui se réfugient sur le sol indien. Pendant que le dalaï-lama apprend les rudiments de la diplomatie, son frère aîné oeuvre en secret avec la CIA pour armer des rebelles tibétains, notamment dans la province népalaise du Mustang. Le dalaï-lama leur demandra d’arrêter les combats en 1974 après le dégel entre Nixon et Mao. A la mort de ce dernier, l’étau chinois se désert un peu sur la population tibétaine soumise à une répression féroce pendant la Révolution Culturelle. Le dalaï-lama décide alors de parcourir le monde pour faire mieux connaissance avec les grands de ce monde et pour maintenir l’intérêt des opinions publiques sur le sort de son peuple.

Avec au sein de la commaunauté tibétaine à Dharamsala : le cinéaste Tenzin Sonam, réalisateur du documentaire « Shadow Circus, CIA in Tibet », Lhassang Tsering, ancien membre de la guerilla anti-chinoise. A Paris : Tseyang Silhé, une aide-soignante tibétaine née au Tibet et refugiée en Inde, puis en France.

Invitée : Isabelle Saint-Mézard, spécialiste de l’Inde, maître de conférence en géopolitique de l’Asie à l’Institut Français de Géopolitique de l’Université de Paris 8.

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4852400

1979-1989 : le champion de la non-violence

Le début des années 80 voient un assouplissement temporaire de la politique chinoise au Tibet mais dès 1987, des troubles éclatent dans la capitale Lhassa : des moines se rebellent et réclament l’indépendance du pays. Conscient d’être dans une impasse, le dalaï-lama surprend tous les observateurs en 1988 avec le discours qu’il tient au parlement de Strasbourg : il renonce à l’indépendance et accepte une large autonomie du Tibet au sein de la République Populaire de Chine. Un an plus tard en 1989, le monde change : manifestations de la place Tian Anmen en juin, chute du mur de Berlin en novembre et prix nobel de la paix pour le dalaï-lama. Ce dernier récolte la reconnaissance internationale pour avoir défendu comme Gandhi avant lui, une politique de non-violence.

Avec, au sein de la commuanuté tibétaine à Dharamsala, le cinéaste Tenzin Sonam, réalisateur d’un documentaire consacré au Dalaï-lama « The sun behind the clouds », l’ancien rebelle Lhassang Tsering, l’activiste Tenzin Tsundue, auteur d’un recueil de poèmes Kora, combat pour le Tibet publié chez l’Harmattan et à Paris, Chung Tsering, ancien prisonnier politique et aujourd’hui enseignant de tibétain à l’INALCO ( Institut national des langues et civilisations orientales).

Invité : Matthew Kapstein, spécialiste du bouddhisme, indianiste et tibétologue américain, professeur à à la faculté de théologie de l’université de Chicago et directeur des études tibétaines à l’École pratique des hautes études.

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4852412

1989-2008 : l’icône médiatico-spirituelle

Avec la compassion comme étendart, le dalaï-lama parcourt le monde dans les années 90 comme un globe-trotter infatigable. Reconnu comme une figure de la scène médiatique, il est invité à Hollywood. Des cinéastes s’emparent alors de la cause tibétaine dans des films où le pathos le dispute au kitsch. Le dalaï-lama donne des conférences sur le bonheur et l’altruisme. Le boudhisme est à la mode, Sa Sainteté accepte même que des neurologues étudient son cerveau quand il médite ! Alors que le monde entier se retrouve 2008 aux jeux olympiques de Pékin, la révolte gronde dans tout le Tibet. Le dalaï-lama reçoit le soutien d’intellectuels chinois mais ce n’est pas suffisant pour calmer le désespoir de son peuple.

Avec, à Paris, Matthieu Ricard, traducteur du dalaï-lama, la journaliste Elena Sender spécialiste des neurosciences au magazine « Sciences et avenir » et la styliste tibétaine Tenzin Dazel.

Invitée : Françoise Robin, professeur des universités à l’INALCO ( Institut national des langues et civilisations orientales), auteure notamment de Clichés tibétains, idées reçues sur le Toit du Monde, paru au Cavalier Bleu et également traductrice des nouvelles de l’auteur tibétain Pema Tseden Neige paru chez Picquier.

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4852414

2008-2014 : XIVème et dernier de la lignée ?

En 2011, le dalaï-lama fait à nouveau les gros titres de la presse internationale : il annonce sa retraite de la vie politique. Il continue de réformer son gouvernement en exil avec l’élection par la diaspora tibétaine d’un premier ministre. C’est à Lobsang Sangay, 46 ans, ancien professeur de droit à Harvard, que revient maintenant la responsabilité d’assumer le destin du peuple tibétain. Sur place au Tibet, les manifestations ont fait laissé la place à des immolations de moines privés de liberté religieuse. Le Tibet est de plus en plus chinois. Le dalaï-lama lui garde le sens de l’humour même quand il maintient le suspens sur sa future réincarnation, censée continuer son œuvre…

Avec au sein de la communauté tibétaine à Dharamsala : Lobsang Sangay premier ministre (entretien exclusif), Kanyal Tsering, moine au monastère de kirti . A Paris : Ji Zhe, chercheur chinois au CNRS, affecté au Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (GSRL ), Tenam Namgyal, traducteur tibétain. A Genève : Namgo Zardo, activiste tibétain.

Invitée : Katia Buffetrille, docteur en ethnologie et ingénieur de recherche de l’EPHE ( Ecole pratique des hautes études) ; Auteure notamment de : Le Tibet est-il chinois ? paru chez Albin Michel et Tibétains, 1959-1999, quarante ans de colonisation, paru chez Autrement.

http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4852416
_____
Dans la plupart des pays, les citoyens possèdent la liberté de parole. Mais dans une démocratie, ils possèdent encore la liberté après avoir parlé.
André Guillois

Sunyata
http://sunyat.free.fr


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 31 Juil - 08:58 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Sunyata Index du Forum -> Sunyata -> DALAI LAMA Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB and iRn
Traduction par : phpBB-fr.com